16 étapes
96 commentaires
Yesterday is History, Tomorrow a Mystery, Today is a Gift, Thats why it's called the Present
Du 4 octobre au 4 novembre 2016
32 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.

Vous êtes nombreux à vouloir nous suivre pendant notre escapade balinaise. Nous avons donc trouvé ce site sur internet qui nous a paru simple à utiliser, complètement privé pour ce qui nous concerne , et qui , nous l'espérons, permettra de vous faire rêver.

Nous essaierons, autant que cela sera possible, de vous donner des nouvelles "fraîches" et en retour, nous espérons vous lire à travers vos commentaires.

D'ici quelques jours, nous mettrons en ligne nos prévisions d'étapes pour ce voyage.

Nous sommes maintenant à 15 jours avant de nous envoler vers l'île aux dieux, et il nous reste tout à faire .... Aujourd'hui ,seul les billets d'avion sont achetés. La voiture, une Suzuki "Katana", est retenue pour 22 jours chez André Sewatama , le reste du temps, nous serons à pied, à vélo ou à scooter.

Petite astuce: les mots en gras et soulignés sont des liens qui vous mèneront à un site internet

Pour la couleur , on n'est pas sûr  😎

Ce qu'il nous reste à faire rapidement:

  • Billets de train
  • Réserver notre première nuit à Sanur ( on a déjà notre petite idée )
  • Négocier si possible notre transfert aéroport --> Hôtel
  • Le plus dur , réfléchir à ce que nous allons mettre dans nos valises sans trop nous charger

Bon allez, au boulot.

Même si ce n'est qu'une ébauche, voici nos prévisions pour ce mois de découvertes. Le respect du planning ne sera pas notre principale préoccupation et nous l'adapterons selon notre humeur du moment. Mais globalement , nous aimerions tout de même découvrir ce que nous avons prévu.

DécalageHoraire à Bali: 6h00 ( quand il est midi à Paris, il est 18:00 à Bali)

Carte  Itinéraire et étapes  

1️⃣ - 05/10/2016 | 19:25 >> Atterrissage à Denpasar ( Ngurah Rai International Airport)

2️⃣ - 05/10/2016 ==> 07/10/2016 >> Sanur

3️⃣ - 07/10/2016 ==> 09/10/2016 >> Nusa Lembogan

4️⃣ - 09/10/2016 ==> 11/10/2016 >> Nusa Penida

5️⃣ - 11/10/2016 ==> 14/10/2016 >> Ubud

  • notre séjour sur Ubud sera précédé d'´une petite halte à Sanur au retour de Nusa Penida pour récupérer notre véhicule chez André Sewatama.

6️⃣- 14/10/2016 ==> 15/10/2016 >> Sidemen

Juste une petite halte d'une nuit dans le charmant petit village de Sidemen. La route qui nous y conduit doit nous offrir l'attrait d'un somptueux paysage de rizières avec en toile de fond des vues fabuleuses sur le Gunung Agung.

Bénéficiant d'un emplacement spectaculaire, le village de Sidemen est un centre culturel et artistique. On vous en dira plus lorsque l'on sera sur place.

7️⃣- 15/10/2016 ==> 18/10/2016 >> Amed

Amed est à la fois le nom du premier village d'une partie de la côte nord-est de Bali et le nom de l'ensemble de la côte. C'est une suite de plusieurs villages qui s'étend sur une dizaine de km. Entre chaque village la côte est escarpée ce qui crée plusieurs petites criques et plages. L'endroit est très peu touristique comparé aux autres plages de Bali et il a la particularité d'avoir des plages de sable noir.

c'est un endroit parfait pour ceux qui veulent être au calme au bord de l'eau. C'est aussi un des lieux majeurs pour la plongée à Bali. Donc devinez ce que nous allons faire à Amed : PLONGER

8️⃣- 18/10/2016 ==> 21/10/2016 >> les Iles Gili

  • Nous logerons sur Gili Air , mais nous profiterons de notre séjour pour faire une petite visite à Gili Meno et à Gili Trawangan . Si nous avons suffisamment de temps , une brève halte est envisagée à Lombok. Notre principale activité devrait être le Snorkeling et le farniente.

9️⃣- 21/10/2016 ==> Amed

  • Traversée de Gili Air vers Amed ou nous retrouverons notre véhicule . En route vers Lovina Beach

🔟- 21/10/2016 ==> 23/10/2016 >> Lovina

1️⃣1️⃣- 23/10/2016 ==> 27/10/2016 >> Permuteran

  • Virée sur l'île Menjangan: Appartenant à la réserve naturelle de Bali (ouest), l’île de Menjangan est un petit paradis encore préservé.On va surtout à Menjangan pour faire de la plongée et du snorkeling : l’eau est claire et calme, le corail et les poissons sont féeriques… on ne peut rêver mieux !
  • Parc national de Bali Barat

1️⃣2️⃣- 27/10/2016 ==> 29/10/2016 >> Balian beach

Balian se situe sur la côte est de Bali et attire beaucoup de surfeurs. Ce spot est l’un des meilleurs de l’île : il paraît parfait pour les surfeurs fatigués des foules et du vacarme de Kuta voulant se concentrer sur leur passion. Balian est pratiquement la seule ville de la côte est (avec Medewi) a avoir connu un certain développement. Celui-ci s’est fait notamment grâce aux surfeurs

Jatiluwih est le site naturel phare de Bali reconnu par l'Unesco. Ses fameuses rizières représentent un parfait exemple du fonctionnement des subak balinais. On ne pouvait pas ne pas y aller malgré les hordes de touristes . Il faudra se lever de bonne heure...

1️⃣3️⃣ - 29/10/2016 ==> 01/11/2016 >> Séminyak

À la pointe sud de l'île de Bali, les attractions touristiques se sont substituées aux rizières pour plaire aux vacanciers venus par millier profiter de ses magnifiques plages. C'est le pivot du tourisme chic à Bali avec ses boutiques de produits haut de gamme, ses galeries d'art moderne, ses SPA sophistiqués, ses hôtels luxueux, ses restaurants pour gourmets. Sur un fond de coucher de soleil flamboyant, on assiste à des cérémonies folkloriques mimant le dépôt d'offrandes destinées aux dieux avec danses sacrées et musique traditionnelle.

1️⃣4️⃣- 01/11/2016 ==> 02/11/2016 >> Jimbaran

Nous avons choisi Jimbaran comme base pour visiter la Péninsule de Bukit . Nous sommes bien conscients que cette partie de l'île ne représente pas Bali puisque c'est l'endroit où s'entassent les touristes les plus fortunés, mais nous aurions eu des regrets de partir de Bali sans avoir vu ce site et puis le début novembre est en basse saison donc cela devrait être beaucoup plus calme.

1️⃣5️⃣- 02/11/2016 ==> 03/11/2016 >> Sanur --> The End...

Notre dernière nuit à Bali. Nous sommes revenus au point de départ .

  • Restitution de la voiture
  • Comment fermer les valises
  • Retour à l'aéroport , on vous ramène tous nos souvenirs....🛫

Malgré ce menu copieux, si il vous semble que nous ratons la 7eme merveille de Bali, faites nous en part..

4
oct

Jour J .... ah non , il faut s'habituer: day D!!!

Tout est prêt, les valises sont bouclées .... une très longue journée nous attend😎

Gare de  Saintes  
 Si  la prestation de Air France est à la hauteur de celle de la SNCF , nous allons avoir un beau voyage ...😉

Cela fait déjà bien deux heures que l'on déambule dans les allées du teminal 2 E ... heureusement nous n'avons plus que 4h00 avant le décollage. En attendant, on occupe notre temps entre les boutiques Longchamp , de parfums et d'alcools . A regarder les prix, on se dit que l'on a vraiment de petites pensions ...

Selon les écrans, notre vol serait à l'heure, mais pour le moment l'avion n'est pas en vue ... c'est promis dès que le gros oiseau arrive, je vous l'envoie en photo comme ça vous aurez l'impression vous aussi de partir en vacances .....

C'est un vieil oiseau... presqu'un coucou 

Ci dessous notre plan de vol : 17:00 de voyage .... j'en connais qui adorerait ça !!

Paris --> Singapour --> Denpasar

Atterrissage prévu demain soir à 19:15 ( heure balinaise). Donc à bientôt pour nos premières impressions

6
oct

Ça y est, c'est fait! Nous sommes arrivés sur l'île de Bali.....

Le vol: Air France n'a pas été aussi ponctuel que nos amis de la SNCF puisque notre vol avait une heure de retard . Bilan notre escale à Singapour n'existait plus et on a changé d'avion en 10 mn . Mais tout allait merveilleusement bien , d'autant que les avions étaient au top . Le voyage entre Singapour et Bali est trop court pour regarder un film mais qui s'en plaindrait??

Les seuls moments que l'on ait pu voler à Singapour.. 
• • •

😤😤 Nous n'avons pas compté le temps que l'on est resté autour du tapis pour récupérer nos valises mais ce qui est sur, c'est qu'elles ne sont jamais arrivées et pour cause, elles sont toujours à Singapour.... On devrait les récupérer demain soir , par conséquent , nous avons chaud avec nos jean's.

C'est la première fois que l'on sort d'un aéroport sans bagage , alors on noie  notre chagrin avec  le breuvage local  
• • •

Nos premières impressions ....❤️❤️

Et bien voila..... Elles sont bonnes!! On s'en doutait beaucoup... C'est un peu des Philippines et un peu de Maurice . Comme nous aimons ces deux pays cela ne pouvait en être autrement. Toutefois Bali , c'est Bali... Et aujourd'hui nous avons découvert une atmosphère particulière... Tout d'abord , la sympathie des balinais: oui c'est vrai , ils nous aiment parce qu'on est des touristes ( business oblige !!!!!) mais même un refus de notre part ne leur enlève pas le sourire. Les nombreux temples et la multitude d'offrandes accentuent le côté mystique de ce pays . Mais nous n'en sommes qu'au début de notre voyage ,nous allons donc découvrir Sanur et notre choix s'est surtout fixé pour le bord de plage ( premier bain cet après midi ) .

En fait, on ne voit pas un balinais sur les photos ... On se rattrapera  demain promis 

Ce soir , retour à l'aéroport afin de récupérer nos valises ....

C'est fait, tout est bien qui finit bien.

8
oct

Nusa Lembongan est une île de 4km de long aux rivages paradisiaques, avec des villages restés authentiques, des plages de sable idylliques, de magnifiques spots de plongée et de snorkeling.

Départ de Sanur à 9:15. Le front de mer grouille de monde, une véritable ruche .Tous les petits marchands balinais s'activent à installer leur commerce avec un petit sourire pour chaque touriste qui passe à proximité. Car des touristes, il y en a, même beaucoup..... La très grande majorité ( comme nous ) se rapproche de l'endroit où l'on embarque pour l'île de Nusa Lembongan. Il y a ici 7 ou 8 sociétés de transport avec des rabatteurs pour nous attirer chez eux et nous faire monter sur leur boats tous plus rutilants les uns que les autres et nous déposer sur la petite ile voisine. Après avoir négocié le tarif ( Bali oblige) , notre choix se porte vers "Sri Rejeki" qui nous fait un bon prix ( IDR 500000 pour nous deux , soit....... allez chercher vos calculettes) et qui possède un super bateau hyper puissant à faire mourir d'envie notre ami Rodney le mauricien .

notre bateau est là.... 

On embarque et là, on se rend compte rapidement que le capitaine ne connaît qu'une seule vitesse ...à fond.

Destination Nusa Lembongan  

À peine 40 mn plus tard , on accoste à Lembongan ou de superbes paysages s'offrent à nous . On aperçoit de magnifiques petites plages de sable blanc qui nous tendent les bras . L'arrivée à Lembongan nous apparaît comme une cousine de l'île des Saintes.

Notre arrivée sur l'île 

Dès que l'on met les pieds sur terre , on se rend bien compte que l'on est en Indonésie avec son légendaire sourire balinais ..

Petit village de Jungubatu  

Très vite on est pris en charge par un taxi chargé par l'hôtel de nous récupérer et nous déposer au " Lotus garden huts" situé à proximité de Mushroom bay.

On garde un œil sur les valises... 

Notre petite cabane en bambou est magnifique , tout le monde a le sourire , notre séjour s'annonce bien .

Lotus Garden  Huts 

Après s'être installé et loué un scoot , on part l'après midi à la découverte de l'île et de sa voisine Nusa Ceningan sur laquelle on se rend par le "Yellow Bridge". Ceningan est une toute petite ile ou les habitants sont considérés comme les moissonneurs de la mer puisqu'ils récoltent des algues dont ils extraient le carraghenane utilisé pour épaissir les glaces, le fromage et d'autres produits laitiers. Après séchage, ces algues sont exportés dans le monde entier . Il y a encore une dizaine d'années, 85% de la population travaillaient dans ce secteur. Aujourd'hui, un très grand nombre a lâché ce métier éreintant pour se tourner vers le tourisme beaucoup plus lucratif.

Yellow Bridge
 Nusa Ceningan 

On rentre par la mangrove, située dans le nord de l'île ou malheureusement on découvre de nombreux déchets déposés sauvagement. Si le tourisme est plutôt une bonne chose pour les habitants de l'île, la gestion des déchets est plutôt mal maîtrisée. On transite par Jungubatu avant de rejoindre Mushroom bay et terminer notre journée dans un petit restaurant super sympa , le Alam Nusa, dont le rapport qualité prix est époustouflant....

• • •

Ce matin nous avions rendez vous à Jungubatu avec le Captain Coconuts ( chaudement recommandé par lolo) pour tenter de voir des mantas . On a en effet décidé de boycotter la plongée bouteille ( mais on a d'autres sites en vue) pour partir en bateau avec Captain faire du Snorkeling . Au programme, manta bay, cristal bay et finir par la mangrove , à savoir que les deux premiers sites se trouvent sur l'île de Penida (future destination). Et bien on a pas été déçu, super ambiance ... Et magnifiques fonds ou, enfin on a pu accrocher à notre modeste tableau de plongeur les MANTAS ...

L'après midi plage de Mushroom Bay ... Allongés sur le sable , les yeux fermés , on a pu rêver aux Mantas et penser un peu à vous ..👌

9
oct

A l’origine, Nusa Penida était appelée l’île des bannis. C’est ici que l’on exile ceux qui, pour une raison ou une autre, sont devenus indésirables à Bali.

On s'apprête à quitter le lotus garden et l'île de Lembongan. Nous attendons notre taxi qui doit nous déposer au pied de Yellow Bridge et de là, nous embarquerons sur un bateau local qui nous fera traverser le chenal pour nous déposer à toyapakeh sur l'île de Penida ..

Arrivés à Yellow Bridge, on retrouve notre capitaine pour la traversée qui soustraite notre voyage à un autre bateau et qui au passage ne lui donne que la moitié de ce qu'on lui avait donné. Du coup , on se dit qu'on a du payer trop cher ... Qu'importe nous montons à bord et en route pour de nouvelles aventures sur l'île maudite, car il se dit que Nusa Penida est la demeure légendaire d'un démon et les habitants croient que l'île est hantée par l'angker ( puissance mauvaise) ce qui paradoxalement, attire des milliers de balinais pour participer aux nombreuses cérémonies religieuses destinées à apaiser les esprits mauvais 👹👹

Une 1/2 heure plus tard , on pose les pieds sur la plage de Toyapakeh , petit village ombragé ou l'on ne met pas longtemps à rencontrer des personnes prêtes à nous aider à trouver un transport pour nous rendre à Sampalan et prendre possession de notre bungalow au Gépah garden cottages.


Notre arrivée à Topayakeh 

Embarqués dans un camion taxi, on emprunte un belle route plane qui longe la côte entre toyapakeh et sampalan . L'île semble être délaissée par les touristes et même si quelques bourgades commencent à s'ouvrir au monde , Penida permet d'imaginer ce que serait Bali aujourd'hui sans eux. Du coup, on est un peu perdu car la population parle le Balinais et très peu l'anglais ce qui nous déstabilise un peu , même si l'anglais n'est pas notre point fort. On prend possession de notre bungalow et aussitôt on chevauche notre scooter pour dégoter un warung (petit restaurant local) ce qui n'est pas simple, vu le développement de sampalan. On finit par en trouver un à Ped, petit village voisin qui s'ouvre un peu plus au tourisme, ou l'on déguste un délicieux poisson grillé ....pas cuit 😡😡 heureusement le riz était bien.... Puis on file à la plage car il fait une chaleur insupportable. On tombe tout près d'un troupeau de chinois équipé de gilets de sauvetage en train de faire du snorkeling. Le pied ... Ces chinois en vacances, ça vaut le déplacement.

En sortant de la plage , on décide de découvrir au delà de sampalan. La petite route côtière s'incurve et descend le long des baies remplies de bateaux de pêches et de fermes d'algues. La beauté des paysages est époustouflante . On continue vers Suana avant que la route tourne vers l'intérieur et grimpe vers les collines. Le temps devient subitement menaçant et quelques gouttes font leur apparition. Nous faisons demi tour, mais trop tard... Un véritable déluge s'abat sur nous . On se met à l'abri sous un petit cabanon en bord de route que l'on partage avec quelques locaux . Puis on rentre à Gépah garden rejoindre notre bungalow.

Balade sur la route côtière nord est 

Après une bonne nuit de repos , on décide d'aller à Crystal bay , au sud de Toyapakeh. La petite route ombragée traversant le village de Sakti nous mène jusqu'à l'idyllique petite plage avec son sable d'une rare blancheur. Elle est quasi déserte , un vrai moment de bonheur

Une copie parfaite du paradis... 

Avec la petite vidéo, on y est presque...

Crystal Bay Beach.... Le paradis 

L'après midi, sur les conseils du patron de notre warung préféré ( le Be Pasik), on reprend la route côtière du nord-est pour rejoindre Batu Aba et plus précisément Atuh Beach. On nous prévient que le site se mérite et c'est bien vrai . Notre scooter nous a avoué qu'il n'avait jamais été aussi malmené et nos derrières s'en souviennent encore ( Paris Camembert semble à côté une cour de récréation 😜) . Mais effectivement , nous avons découvert un panorama d'une rare beauté.

Magique Atuh Beach 

Cette journée bien remplie est inoubliable. On espère que l'île de Penida sera préservée encore longtemps. On se dit que Jero Gede Macaling, démon qui hante Penida, possède une bien jolie demeure. Nous en rêverons..

Atuh Beach... Merveille de Nusa Penida 
12
oct

Ubud, traditionnelle capitale artistique de l’île supposée être bénie des dieux est aussi l'antre d'un démon appelé " Shopping ". Il s'attaque sans aucune pitié aux cartes bleues

C'est le cœur gros que nous avons quitté de bon matin Nusa Penida. Le fast boat nous dépose à Sanur où nous attend le chauffeur de l'agence de location auto. On fait donc la connaissance d'Andreas Reich, alias André Sewatama. Allemand d'origine, et a quitté son pays il y a 45 ans à bord d'une 2 Cv . Son voyage a duré plusieurs mois pour échouer finalement à Bali en 1971. Cet aventurier qui parle parfaitement le français ainsi que plusieurs autres langues est une véritable encyclopédie touristique . Nous avons bu ses paroles pendant plus d'une heure avant de prendre possession de notre véhicule et faire route vers Ubud la spirituelle , capitale de la culture balinaise.

Départ de Nusa Penida 

Nous entrons dans Ubud par Monkey Forest Road , ou très vite nous apercevons quelques singes traînant sur le bord de la route. Près d'Ubud Palace ( pour les initiés ), nous trouvons notre Hotel, le Adi cottages qui ma foi est à notre goût . Nous prenons possession de notre chambre. Tout est ok pour découvrir Ubud.

Notre chambre a l'Adi Cottages 

Ubud est située au centre de l'île de Bali, entre les rizières et les ravins escarpés. Elle compterait 34000 habitants et très certainement , presque autant de temples . Je pense que tous les 100 mètres , on en découvre un nouveau, et si nous n'en avons pas encore visité, on s'est très vite lassé de les prendre en photos. Mais je crois que ce qui nous a également très surpris , c'est la multitude de magasins ....de luxe et qui par malchance sont pour la plupart dans la Monkey Forest road. Brigitte , en convalescence de sa shoppingite depuis une semaine a rechuté....😤😤. Bien sûr, les prix sont défiants toute concurrence ( Good price... Enfin soit disant). Cela fait donc deux jours que l'on arpente le " centre ville" et les magasins . Cela nous a permis de voir qu'Ubud est une véritable fourmilière. La circulation est infernale , les voitures et les scooters sont touche à touche et comme ils ne se voient pas , tous klaxonnent pour se signaler. Les trottoirs , en très mauvais état, sont bondés de touristes, de rabatteurs touristiques et chauffeurs de taxi potentiels. A la nuit tombée, les bars fêtent l'happy hour en mettant la musique raisonnablement forte .. Enfin tout pour passer de bonnes vacances bruyantes.

La vie trépidante d'Ubud 

Mais Ubud regorge de très nombreux trésors cachés. Dès que l'on s'éloigne des axes principaux, il devient très facile de se retrouver au calme dans une verdure luxuriante. Les petites ruelles réservent de stupéfiants petits jardins bien entretenus et où il devient très agréable de se promener ou de déjeuner pourtant tout près de la trépidante Monkey Forest Road.

Élo et lolo nous ont tant vantés les mérites d'Ubud que l'on se devait de suivre leurs conseils sur ce qu'il ne fallait surtout pas rater ici.

Pour Loïc , une soirée danses balinaises est incontournable . Nous n'avons pas eu besoin d'aller très loin avant que l'on nous propose ce type de spectacle, d'autant que nous sommes mardi et qu' à priori , c'est le jour où une très grande majorité de temples nous initie a ces mystérieuses danses. Notre choix s'est porté sur un spectacle de kecak. C'est une danse très envoûtante, exécutée par un cœur d'hommes et de femmes assis en cercles concentriques qui entre en transe en psalmodiant " chak -à - chak - à - chak", imitation des cris d'une bande de singes. Cette mélodie, exécutée pendant plus d'une heure, a de quoi nous tenir en haleine. La fin du spectacle se termine sur une danse avec le feu ou un danseur se tortille sur un lit de braises ardentes . Vraiment époustouflant..

Soirée kecak  

Élodie, grande admiratrice d'Ubud, nous avait souvent parlé de sa sortie vélo et de la descente du mont Batur en VTT. De nombreuses sociétés touristiques proposent cette activité . C'est donc très facilement que nous avons trouvé notre guide . Le lendemain , 8:00 pétante, le minibus nous ramasse à l'hôtel et en avant pour l'ascension du mont Batur. En chemin , on s'arrête prendre le petit déjeuner dans une plantation de café ou l'on découvre et déguste le fameux "Luwak café ". On finit notre ascension sur un superbe panorama du mont Batur et de son lac. La dernière éruption du volcan date de 1963 et a fait pas mal de victimes. On peut apercevoir d'énormes coulée de lave sur lesquelles depuis près d'un demi-siècle, la végétation luxuriante de l'île n'a pu reprendre ses droits. La montée en altitude fait que la température a bien chuté et le vent a fait son apparition. On redescend de quelques kilomètres pour enfin trouver nos VTT. Après s'être équipé d'un casque ( ce qui est marrant, c'est que personne ne prend de casque en scooter) on commence notre descente vers Ubud . Nous traversons une multitude de petits villages où chaque habitant rencontré nous lance un grand bonjour malgré le nombre de cyclistes croisés chaque jour. Ils sont vraiment très gentils. On visite une maison balinaise ou pour quelques rupiahs , on envahit les propriétaires afin de mieux comprendre leur façon de vivre. On découvre également des banians centenaires qui font office d'arbres sacrées , on traverse des parcelles de culture de riz. Cela fait une superbe balade ou l'on découvre la campagne balinaise. Après 3 heures , on abandonne notre VTT pour se rendre dans la maison du propriétaire " Bali cycling Emerald " pour déjeuner. Nous avons pu constater que même si cette demeure est construite sur le même schéma que celle visitée précédemment, le luxe était tout de même bien différent.. Enfin voila, nous avons passé un super moment, appris pleins de choses et fait un peu de sport ( 97% de descente , le reste du plat). On rejoint notre Hotel et tremper nos fess

es dans la piscine.

Petit remontant dans la plantation de café  
Le mont Batur et son lac 
Maison balinaise traditionnelle  
Campagne balinaise  
Maison du propriétaire  
Belle descente en velo 

Notre séjour à Ubud se termine à notre grand regret , un dernier petit tour aux abords de la Monkey Forest et nous allons pouvoir clôturer ce chapitre .... Ubud nous avait surpris à notre arrivée surtout en venant de Nusa Penida. Mais au fil des jours, on a appris à aimer cette ville qui peut être si calme et si grouillante en très peu de temps. Mais notre curiosité est trop grande , on aime découvrir d'autres paysages, d'autres gens ... Au revoir Ubud...❤️❤️

Monkey forest 
15
oct

Sidemen est idéalement situé dans une vallée aux superbes rizières en étages, qui montent jusqu’au volcan sacré qu’est le Mont Agung, la plus haute montagne de Bali.

Nous laissons derrière nous Ubud pour nous diriger vers la vallée de Sidemen , situé à l'est de Bali. Notre séjour sera de courte durée puisque nous ne passerons q'une seule nuit. Allons nous le regretter ?

Notre itinéraire , tracé par Google Maps nous signale que nous ferons 43 km en 1h 50. En fait nous mettrons près de 4h repas compris . Il faut dire que la circulation est dense au départ d'ubud , nous rencontrons de nombreuses cérémonies dans les villages traversés et les arrêts photos sont innombrables surtout lorsque nous nous approchons de Sidemen et de sa magnifique vallée ou l'on découvre de jolies rizières en terrasse accompagnées de toutes leurs nuances de vert.

Nous ne sommes plus qu'à 4 kilomètres de Sidemen et comme l'estomac de Brigitte crie famine , nous recherchons un petit warung pour déjeuner. Nous en dénichons un tout petit, surplombant la vallée avec un panorama à ouvrir l'appétit .nous sommes super bien accueilli quand le proprio nous demande où l'on va et nous annonce alors que nous devrons faire le tour par l'autre côté car en bas , " le bridge is broken".... Bien ça ne fait pas notre affaire tout ça car le kilométrage est revu à la hausse et nous passons allègrement à 13 km ... Un détail me direz vous .... sauf quand on sait qu'ici les km sont multipliés par deux ou trois .Nous reprenons notre carrosse et faisons route vers Sidemen qui s'étend tranquillement au fond de la vallée et qui semble être surveillé par le mont Agung... Notre hôtel est magnifique donnant sur des paysages somptueux . Nous sommes immédiatement sous le charme.

Sur la route de Sidemen.... 
La Villa Karma Loka est vraiment à notre goût   
Paysages somptueux !! 

L'heure des regrets a sonné , une seule nuit dans ce petit éden, c'est vraiment trop court. Tout était à notre goût, le village, l'hôtel, la gentillesse des gens , la beauté des paysages... On aura vraiment du mal à oublier cette magnifique vallée

La belle vie... 
16
oct

Situé à l'Est de Bali, au coeur d'une des régions les plus pauvres de l'île, Amed est un village de pêcheurs, célèbre pour sa longue plage de sable noir au bout de laquelle se dresse l'imposant volcan Agung. On peut observer les balinais au travail le long du littoral, occupés à récolter le sel que le soleil brûlant et la brise marine permettent d'extraire par évaporation de l'eau de mer. Le long de cette vaste étendue de sable noir, on trouve également des spots de snorkeling parmi les meilleurs de l'île

On traîne ce matin avant de décider à partir pour Amed . On boucle encore une fois les valises et on prend la route vers la mer , a la Mecque de la plongée balinaise.2h00 de descente et on arrive sur la côte .

Sur la route de Amed 

Dès que l'on pénètre dans Amed on s'aperçoit que de village s'étire effectivement sur plusieurs kilomètres en bord de mer . On prend la direction sud vers Jemeluk ou Mr Google nous amène au pied de notre hébergement. Première constatation, on ne retrouve plus les habitations traditionnelles que l'on a pu jusque là apercevoir... Tout le long de la baie, on trouve de petites structures hôtelières donnant sur la plage de sable noir, presque toutes ont un club de plongée . Il est même fréquent de voir des panneaux " on parle Français " avec de grands drapeaux de la France. Donc vous l'aurez compris, la principale activité d'ici , c'est la plongée et le Snorkeling . De plus, si la baie est magnifique, la plage n'est pas trop propice à la baignade et au farniente ( à moins de profiter des sun Béd mis à disposition par les bars et hôtels .

Jemeluk la légendaire 

La plage à une étroite bande de sable noir squattée par de très nombreuses barques de pêcheurs avec les traditionnels balanciers sur les côtés qui fait ressembler ces embarcations a de grosses araignées d'eau.. Ensuite dès que l'on rentre dans l'eau on y trouve de très gros galets ronds qui ne facilitent pas la rentrée et la sortie . Mais dès que l'on est dans l'eau , on nage dans un véritable aquarium. La multitude de poissons tout près du bord est à peine croyable. Il y a bien longtemps que je n'avais pas vu d'énormes Platax à trois mètres du bord. Les touristes ne sont pas si nombreux que l'on aurait pu l'imaginer... Par contre pas mal de Français , surtout de jeunes couples . On est assez surpris depuis le début de notre voyage de voir que l'âge de la plupart des touristes se situe entre 25 et 35 ans. Mais alors, qu travaillent ? Nos petites pensions ne sont pas prêtes d'être augmenter...

Ce matin , nous passons aux choses sérieuses, on plonge! hier au soir , on a choisi un club de plongée à proximité de notre bungalow. Éco Dive Bali a une très bonne réputation sur internet et en plus il aurait des plongeurs parlant le français ce qui facilite la compréhension du briefing. En fait, ils ont trouvé la parade car aucun club ne propose une seule plongée mais 2 plongées consécutives ce qui bien entendu fait un trou dans le budget notamment en plongeant a deux..... Mais bon soyons fous, on ne vit q'une fois ( quoique, il faudra que je demande aux balinais ce qu'ils en pensent)

On part donc en voiture ( du club) en direction de Tulamben , au nord de Amed et voir l'incontournable épave du Liberty qui fut torpillé au large de Lombok par un sous marin Japonais en 1942. Les balinais l'ont alors remorqué sur la plage pour sauver sa cargaison de caoutchouc. C'est le Gunung Agung , lors de son éruption de 1963 , qui le repousse à quelques mètres du bord et qui aujourd'hui fait la joie des plongeurs. Tres belle plongée ,riche en faune et en flore . Notre deuxième plongée on nous amène sur un tombant , également très joli avec des Gorgones géantes et des anges magnifiques. La Go pro tourne à plein régime , mais je ne pense pas que vous verrez la vidéo , le débit internet est vraiment trop bas.

Le soir , suite à un message de notre chère Sarah , on monte à sunset point , colline surplombant la magnifique baie de Jemeluk et en prime un fabuleux coucher de soleil derrier le Gunung Agung. Bien entendu , les balinais ont pensé mettre un bar sur cette colline et nous passons une super soiree accompagnée de deux délicieux cocktails puis plus tard d'une très belle "full moon "

Sunset point 

Après le coucher du soleil , on se devait d'assister au lever du soleil . 6h15 du matin est déjà presque trop tard . Il a commencé à monter . Les pécheurs sont pratiquement tous en mer et voir la plage de Jemeluk sans les prahus est tout nouveau pour nous ..cette tranquillité sans aucun bruit est vraiment magique...

La vie n'est que belle.. 

Après le petit déjeuner, on loue un scooter pour découvrir un peu la région . On suit la petite route qui descend vers le sud . On découvre tout une enfilade de petits villages tous aussi charmants les uns que les autres, très propres et on se rend compte que de petites plages de sables blancs avec de petits resorts très luxueux se languissent tranquillement au soleil. On a tellement été sur le charme que nous avançons l'idée d'y revenir en fin de séjour .... Mais c'est encore loin , nous vous en reparlerons en d'autres temps...Situé à l'Est de Bali, au coeur d'une des régions les plus pauvres de l'île, Amed est un village de pêcheurs, célèbre pour sa longue plage de sable noir au bout de laquelle se dresse l'imposant volcan Agung. On peut observer les balinais au travail le long du littoral, occupés à récolter le sel que le soleil brûlant et la brise marine permettent d'extraire par évaporation de l'eau de mer. Le long de cette vaste étendue de sable noir, on trouve également des spots de snorkeling parmi les meilleurs de l'île

La vie dans les villages  
Stairway to heaven... C'est beau non? 

Notre escale à Jemeluk se termine .. Demain on embarque pour les Gilis...the famous Gilis 🌞

18
oct

Les îles Gili, souvent liées à Bali sont pourtant dépendantes de Lombok. Toutefois, si Lombok est musulmane, les îles Gili ne semblent pas vraiment l’être, cultivant un drôle de mélange touristico-religieux tolérant

Alors que Bali s’éloigne peu à peu, le bateau se rapproche des îles Gili. Nous avons quittés Jemeluk a 9:30. Notre voiture est sagement garée sur le parking de l'hôtel, en sécurité , enfin on l'espere

Traversée Jemeluk / Gili Air 

Après une escale rapide à Gili Trawangan, la plus festive et bâtie des trois îles, le bateau nous emmène directement à Gili Air en dépassant Gili Meno. Il y a effectivement trois îles Gili : Trawangan la festive, Meno la sauvage et Air le compromis. Nous avons choisi le compromis avec l'idée de revenir en Prahu,au moins sur Meno...

Découverte de Gili Air  

Qu’y a-t-il à faire aux îles Gili me demanderez-vous ? Rien. Ou presque. Juste un peu de Snorkeling, de la plongée du sunbed avec un cocktail à la main et bien entendu ses levers et couchers de soleil fabuleux.. Ce n'est déjà pas mal me direz vous ? Effectivement, on devrait s'en accommoder pour les trois jours que nous avons à passer ici .

A peine débarqués du fast boat , on trouve une ile en effervescence qui nous fait fortement penser à une petite ile des Seychelles ( à la mode indonésienne): La digue. Même folklore avec les petites charrettes tirées par des petits chevaux ( à la Digue ce sont des bœufs ) . On saute dans une pour nous déposer à notre résidence . Très vite on se rend compte , que Air à ce qu'il faut en resort en en restaurants. En fait , Air ce n'est principalement qu'une seule rue faisant à peu près le tour de l'île . Les Charrettes à cheval sont les reines , car ici, les véhicules à moteur sont interdits. On ne se déplace que de trois façons , à pied, à VTT, et à cheval ..... Quelques petites motorbikes électriques commencent à faire leur apparition mais sont essentiellement réservées aux locaux ( manager des resorts...

Après quelques minutes de carrosse, on arrive à notre resort , le Damai Bungalows, située au nord est de l'île , face au Rinjani , volcan de Lombok , car Lombok est vraiment très près de Gili Air. Pas encore descendus de la charrette, que l'on est accueilli par " ah, voila les Douillard qui arrive" . Surpris tout de même , on fait la connaissance de Jacques , Marseillais d'origine et proprio des bungalows. Le courant passe tout de suite ( tu par ci , tu par la) et comme on est sympathique et Français , il nous surclasse et nous refile un bungalow plus grand et surtout équipé de la clim . Bonne initiative, car je pense que la clim va être nécessaire , il fait environ 35° toute la journée , heureusement ça descend à 30° Le soir .

On prend quelques repères et très vite on est un peu comme chez nous . Contrairement à ce que nous avons pensé en arrivant , il n'y a pas tant de monde que ça , ou alors les touristes se planquent dans les chambres climatisées, ce qui est fort possible.... On découvre qu'il n'y a pas tant de plages idylliques que ça sur l'île et que tout est axé sur le Snorkeling et la plongée. Il existe ici des centres de plongée tout à fait magnifiques. On s'organise , on réserve une sortie Snorkeling en bateau à avec un parcours sur les trois Gilis , on déjeune sur Meno avant de rentrer épuisés mais émerveillés de cette journee , de jolies tortues à chaque Snorke...... Journee sympa mais un peu trop de monde à notre goût ... À chaque tortue, on se serait cru au club Méditerranée..

Ici, la vie s'écoule lentement  

Aujourd'hui , après un somptueux lever de soleil sur le Rinjani , plongée avec 3 www Dive, un club FFSSM avec beaucoup de français comme instructeurs .. On a hate de vous raconter ça...

Sunrise upon Rinjani.... 

Une petite vidéo du lever de soleil ..... Comme si vous y étiez .😎 ( lunettes obligatoires)

11:00 direction le 3 www Dive . Super club de plongée à faire pâlir Jack . Une prise en charge immédiate avec ton futur instructeur. Il t'explique ta future plongée, avec ce que tu peux voir , c'est pareil au retour ou il décortique la plongée avec ce que l'on a vu ... Matos au top , un bateau local , mais très bien organisé  ... Enfin que du bonheur , un seul regret on aurait dû boycotter le Snorkeling et faire plus de plongée ici . Tant pis

Allez direction Gili Meno , on plonge sur Meno Wall..... Prenez vos masques et palmes..

Les préparatifs.... 

Tout le monde est prêt ? On plonge pour une heure..

Meno Wall witz Adi 

Gili Air, on te quitte..... Et comme tout les endroits où l'on est passé , on laisse des regrets . Tu n'es pas mystérieuse mais tellement accueillante..

21
oct

Lovina Beach est une plage de sable noir, s’étendant sur plus de 7 km. Bien moins touristique que les plages du sud, elle est particulièrement propice à la baignade, avec ses eaux assez calmes. Lovina Beach est également réputée pour ses levers et couchers de soleil quotidiens, assez spectaculaires, objets d’une véritable cérémonie.

Une nouvelle page se tourne en quittant Gili Air. Nous reprenons une derniere fois le fast boat pour nous rendre à Amed et récupérer notre bolide, resté au parking de l'hôtel . Nous en profitons pour déjeuner au Mama Café ou on est accueilli en vieilles connaissances . La plage de Jemeluk s'étend devant nous , particulièrement calme et accueillante. Cela nous fait drôle de voir cette nonchalance comparée à l'effervescence de Gili air ( même si ce n'était pas la grande folie) . Nos masseuses nous ont tout de suite envoyées de grands sourires en espérant travailler un peu. Mais nous n'avons pas le temps et prenons rendez vous pour la fin du mois, car vous l'avez compris nous reviendrons terminer notre séjour , au calme , bien loin de la foule que l'on aurait rencontré à Seminyak ou Jimbaran ..... Nous ne sommes pas des adeptes de club Med ou autres grands resorts ( petit clin d'œil à Marie).

Pour se rendre à Lovina , nous empruntons la route côtière du nord . Nous avons 88 km à faire, donc un très gros déplacem ent ( même si vu de France , cela peut paraître enfantin ) . La route n'est pas trop vilaine, mais envahie de camions surchargés auxquels on ajoute des centaines et des centaines de scooters qui slaloment entre voitures et camions . Bilan, nous mettons près de 4:00 lorsque nous arrivons à notre Hotel de Lovina , juste après l'orage qui s'est abattu sur la région. Le parcours effectué n'a pas d'attrait particulier , on sent bien qu'ici, le tourisme n'est pas la ressource principale . Mais ne nous en plaignons pas , c'est ce que nous recherchons. Tout le long de la route , nous avons eu droit à de très grand sourires accueillants ( ces Balinais ont vraiment la banane 😄) . Petite anecdote , nous nous sommes arrêtés à un carrefour Market à Singaraja ( désolés , nous n'avons pas trouvé de Hyper U 😜) . En rentrant dans le magasin , nous avons dû passer en revue devant une demi douzaine d'employés les mains jointes et le sourire jusqu'aux deux oreilles en signes de bienvenue. On en était gêné tellement ils étaient contents de nous voir.

En arrivant à Lovina , on reprend contact avec les touristes , même si ce n'est pas véritablement la cohue . Nous retrouvons les nombreux restaurants et bars de plage . La très grande plage de sable noir semble calme enfin de ce que nous en voyons car la nuit est arrivée . Un match de volley ball a lieu sur la place de la plage ce qui donne un air de fête à cette soirée.

Pourquoi Avons nous choisi Lovina ? Et bien c'est au bord de la mer et tout près de Munduk avec ses waterfalls et lacs magnifiques. Nous comptons également reprendre contact avec les rizieres et les temples ..... Trois jours seront ils suffisants??

Ce matin , nous faisons un peu connaissance avec le quartier où nous avons posé nos valises . Car en fait Lovina, c'est un peu comme à Amed , c'est une succession de petits villages qui s'étirent le long d'une route côtière sur plusieurs kilomètres . Nous sommes à kalibukbuk qui semble être le centre de Lovina , en tout cas le plus animé avec ces petits restaurants et bars à musique. De plus , comme on est en week end, des matchs de volley ball sont organisés chaque soir vers 20:00 en attirant une foule de locaux et de touristes. Par contre nous sommes un peu déçus de notre Hotel qui , même si la piscine est super belle , n'a rien de bien attirant et de chaleureux et qui se trouve en dernier sur la liste de nos coups de cœur . Enfin , c'est calme et on y dort bien c'est le principal.

Kalibukbuk  

Allez !départ pour une journee découverte dans la région de Munduk . GPS de Google calé sur le tableau de bord , nous abordons la montagne par de petites routes sinueuses . Notre Katana s'essouffle rapidement et très souvent, je suis obligé de monter en première . Pour tout arranger , les gros nuages noirs stationnés sur la montagne laissent maintenant une pluie soutenue . La vue doit être magnifique mais la visibilité est plus que moyenne . La végétation est luxuriante. L'herbe, sur la chaussée est verte et relativement haute . Nous en déduisons que cela ne doit pas être la première ondée de l'été .. La température avec le temps et l'altitude à nettement baissée . Le thermomètre doit être plus près des 20° que des 30°. La route est très étroite et nous oblige à nous arrêter dès que nous croisons un autre véhicule. Les virages , en épingles à cheveux présentent à chaque fois un très fort pourcentage. Nous avons du , à trois ou quatre reprises , faire marche arrière pour prendre un peu d'élan pour arriver à gravir jusqu'au virage suivant . Notre voiture , même en première refusait de monter. Brigitte passe son temps accrochée à la poignée du tableau de bord, moi mon tee shirt était moite  ...

Heureux d'arriver en haut et de découvrir un super panorama...... Un peu bouché par les nuages. Le soleil refait de timides apparitions, mais la température à bien chutée . Nous surplombons les lacs Tambiligan et butan, autour desquels s' accrochent de petits temples endormis , loin de l'effervescence des villes côtières .

Le lac Tabiligan et le lac Butan 

Malgré le temps maussade, on recherche nos petites waterfalls dégotées la veille dans notre Lonely Planet, les " Banyumala Twin waterfalls. Enfin nous trouvons un panneau indicateur on se gare et on s'apprête à partir pour 3 km , à la recherche de nos cascades , quand un local nous aborde en marquant sa surprise de nous voir partir à pied alors que l'on peut y aller en voiture . Il y aurait un parking en bas , il resterait seulement 500 mètres à terminer à pied . Oui mais voila , la route est, elle aussi abrupte et surtout complètement défoncée ?. Descendre c'est bien , pourvu que l'on puisse remonter.. On compte surtout sur la gentillesse des balinais en cas de problème . Petit parking trouvé , on continue la descente à pied et c'est tout autant défoncé que la route et plus ,pour tout arranger , il s'est remis a pleuvoir. On approche du but et on entend le bruit de la cascade . Soudain on arrive devant un ecabane péage pour pénétrer dans l'enceinte des cascades . 2000 roupies et notre argent est sagement à l'abri dans notre voiture. " We have no money " et a ce moment là , miracle , un jeune couple de Sumatra , nous a offert notre visite . On croit rêver , de plus ils refusent d'être remboursés  . On termine la descente ensemble , et enfin on découvre un petit paradis.

Une petite vidéo à regarder avec le son à fond, comme si vous y étiez...

Un peu de fraîcheur... 

La remontée a été plus simple que prévu, on dégote un excellent restaurant panoramique à proximité du petit village de Munduk ou l'on peut admirer la luxuriance de la jungle ainsi que la beauté des champs d' hortensias bleus . On ne s'attendait vraiment pas à trouver cette fleur à Bali.

On continue notre descente vers la côte et nous nous arrêtons visiter le plus grand temple bouddhiste de Bali , le Brahma Vihara Arama.

Brahma Vivara  Arama 

On termine notre escapade de la journee a Air Panas Banjar , source d'eau chaude sulfureuse . On prend un bon bain jaune a 38° et on rentre à Kalibukbuk juste avant la nuit .

Air panas Banjar 

Petit clin d'œil à Elodie ....nous lui souhaitons une bonne fête .

Les paysages extraordinaires de la montagne et des cascades nous ont enthousiasmés. On se rend ce matin aux waterfalls de Gitgit situées à une vingtaine de kilomètres de kalibukbuk. Cette fois la route est bien meilleure , mais la circulation plus dense.

Sur la route de Gitgit  

Si le bruit de l'eau s'écrasant contre les rochers parvient à nos oreilles depuis l'entrée du site, les chutes d'eau de Gitgit ne sont visibles qu'après une petite marche nous conduisant au pied du bassin après avoir subi les assauts des vendeurs en tous genres qui longent le chemin menant à la cascade impressionante par sa hauteur (près de 40 mètres)

Waterfalls de Gitgit  

Déjeuner très sympa dans le site de Gigit et en route pour Singaraja. Cette ville de 120 000 habitants est une ville portuaire avec un intérêt touristique assez limité. Nous avions lu que le front de mer avait bénéficié de l'architecture hollandaise ,hollandais présents de nombreuses années . Elle était même la capitale de Bali pendant cette période coloniale avant de céder définitivement sa place à Denpasar . Ce que nous avons surtout vu à Singaraja, sur le front de mer , c'est surtout des pauvres et des bidonvilles donnant directement sur la plage . Ici on est loin du luxe des resorts du sud . Mais malgré tout , ces habitants sont d'une gentillesse extrême et viennent échanger avec nous un sourire jusqu'aux deux oreilles ...belle leçon que ces gens là nous donnent

De Gitgit à Singaraja.. 

Retour sur Lovina , que nous délaissons à contre cœur . Nous prenons un bon bain dans la piscine et on décide d'aller sur la plage assister au coucher de soleil qui selon le Lonely Planet serait splendide à Lovina Beach. Mais voila , changement de programme , en lieu et place , on a eu droit à un très bel orage et une pluie diluvienne pendant plus de deux heures. Pas grave ....

Après le beau temps ...la pluie  

Ce matin , le soleil est de retour et c'est heureux car nous partons faire du vélo avec notre ami Komang rencontré par hasard en début de séjour . Il nous a concocté un petit parcours facile à travers la campagne alentour . Seulement ici , la campagne est synonyme de montagne et très vite on est dans le rouge et on menace d'exploser tous les trois cents mètres .... Même lui s'effondre régulièrement sur le bas côté. Donc, la plupart du temps, c'est le vélo a la main que nous découvrons ces magnifiques paysages , la récolte du clou de girofle et la bonté des villageois . Komang, tu avais mis la barre un peu haute , mais on ne t'en veut pas tellement tu es gentil. Au revoir Komang et terima kasih

Balade a vélo avec Komang 

On quitte donc Lovina pour Pemuteran. Nous avions choisi cet endroit pour sa proximité avec la montagne et Munduk et son bord de mer . De la plage, on n'en a pas profité et c'est dommage car " le Centre ville " rassemblé autour de la baie , a l'écart du vacarme de la route côtière en fait un endroit très sympathique à flâner.

24
oct

Avec des dizaines de sites splendides, c'est le spot le plus connu de

Bali. La plongée y serait excellente ....

Bien, on ne va se mentir, si nous avons choisi le nord de l'île et plus particulièrement Pemuteran, c'est pour passer du temps sous l'eau et admirer les fonds marins tant vantés à l'île de Menjangan . Notre objectif est de faire 4 plongées , si possible avec le même club. .

Pemuteran , petit village  cotier du nord ouest de l'ile 

Premières constatations , Pemuteran est bien une ville tournée vers la plongée et le monde marin . On doit trouver ici un centre de plongée tous les 50 mètres. En plus d'avoir le centre classique, je pense que chaque Hotel possède le sien . Nous avons donc l'embarras du choix, bien que les tarifs soient relativement élevés et même très élevés par rapport au coût de la vie balinaise. De plus , il faut ajouter quotidiennement une taxe gouvernementale de IDR 200 K/ pers , car Menjangan se trouve dans une réserve nationale. Malgré la popularité de Pemuteran, les habitants et les commerçants privilégient le développement durable qui devrait servir de modèle au reste de l'île. Pemuteran abrite ainsi le Proyek Penyu qui n'est autre qu'un immense couvoir d'œufs de tortues. Des œufs et des petites tortues achetés aux habitants , sont protégés jusqu'à ce que les petits soient prêts à vivre dans la mer . Des milliers de tortues auraient ainsi été relâchées depuis 20 ans . Cette association à but non lucratif utilise principalement les dons pour contribuer à la sauvegarde des tortues.

Sur la plage de Pemuteran, on trouve également le projet " Bio Rocks". Au début des années 90, les tours opérateurs ont commencés à vouloir tirer profit des magnifiques sites sous marin de la région. Petit problème, la population, très pauvre, ne subsistait que grâce à la pêche qu'ils pratiquaient en utilisant le cyanure et la dynamite. En plus de l'effet el niño, le corail n'appréciait pas vraiment le traitement. Les professionnels du tourisme ont donc eu l'idée d'éduquer la population locale en leur donnant des cours de langues ainsi que de formations basées sur le tourisme . Parallèlement, les centres de plongée impliqués trouvèrent l'idée originale de recréer un nouveau récif avec de l'électricité . Les locaux ont donc construits des centaines de cages métalliques qu'ils ont immergé au large en les branchant à des générateurs de très faibles puissances. On voit donc sur la plage des câbles rentrant dans l'eau pour alimenter ces récifs artificiels. Et ça marche... Le courant a stimulé la formation de calcaire sur les cages et a donc engendré un nouveau corail baptisé bio rocks. La petite baie de Pemuteran s'enrichit en corail a une vitesse cinq ou six fois supérieure à la croissance naturelle. . A noter tout de même , l'action des pros du tourisme car sans eux , les pêcheurs de Pemuteran utiliseraient toujours de la dynamite comme appât . Aujourd'hui, tout le monde semble être conscient de cette aubaine et organise chaque année un festival de la mer et de la plongée pour en retirer un peu d'argent . Ce festival se déroule actuellement et draine un très grand nombre de spectateurs.

festival de la mer et de la plongée 

Pour faire plus simple, on a donc choisi le club de l'hôtel. On part du principe que l'hôtel est super, donc le centre de plongée est au top ... sauf que l'on a encore rien vu, ni centre, ni plongeur, ni matos .. du coup on est un peu léger et inquiet ... rendez vous est pris pour le lendemain 9:00.

Bon , le dive master ( firman) est très sympa , le matériel est neuf , tout à bien 😊 . En fait , on nous amène à l'entrée de la réserve nationale pour prendre un petit bateau local. Ce sont pratiquement les seuls a etre autorisés a penetrer dans la zone du parc national. On comprend mieux l'interet de la taxe gouvernementale .... il y a du monde a payer.

Pulau Menjangan

et voila, apres deux jours de plongée avec Firman, on est emerveillé.Nous avons fait 4 plongées magiques , sur des sites differents et chaque fois nous tous les deux avec notre dive masters . Si les poissons etaient plutot "communs", la flore quand a elle etait vraiment superbe. on ne regrette vraiment pas notre choix de club , tout etait parfait .

merveilleuses  plongées 

nous garderons un tres bon souvenir de Pemuteran car outre les plongées, l'hotel et le bungalow etaient vraiment au top, certainement un de nos meilleurs choix sur Booking.

Que du bonheur.. 
28
oct

les rizières en terrasse de Jatiluwih sont des paysages emblématiques de Bali. La chaîne de volcans qui surplombe l'île lui a donné un sol riche et fertile. Les bandes vertes ondulantes offrent une variété impressionnante de couleurs

Nous voila de nouveau sur la route. Nous avons quelque peu modifié la fin de notre itinéraire en supprimant Balian beach, Seminyak et Jimbaran pour terminer notre voyage sur la plage de Banyuning pres de Amed , petit paradis reperé lors de notre passage a Jemeluk. Mais auparavant, on se devait de faire une petite halte aux célèbres rizieres de Jatiluwith. Notre itineraire passe a nouveau par Munduk et ses lacs. La petite route de montagne est toujours aussi pentue et trés souvent , la premiere est de rigueur sinon notre petite suziki s'essoufle.... on s'offre meme le luxe se prendre une touriste hollandaise en stop car le scooter de son ami ne voulait pas deux personnes sur le dos . nous la laissons sur les bords du lac et continuons notre route vers Jatiluwith. la pluie s'est invitée comme chaque apres midi sur la montagne verdoyante. Un veritable épisode balinais. De nouvelles chutes d'eau dévalent de la montagne, des cascades se sont formées sur le bord de la route rendant la conduite difficile . Il me pleut sur les pieds comme dehors et avons un peu la crainte d'un court circuit.

il pleut, il pleut bergére... 

Nous abordons Jatiluwith en fin de soirée sous la pluie , mais le spectacle proposé est indéfinissable ..... c'est tout simplement grandiose.

Jatiluwith.. 

aprés une nuit de récupération chez des Ecolos trés sympas, on se léve de bonne heure ,histoire de faire le lever du soleil sur les rizieres ....Pour le lever du soleil, c'est plutot raté, mais quel bonheur de crapahuter dans les rizieres ou les paysans ont deja commencé leur dur travail de la journée..

les paysans au travail... 

Tout autour du Mont Batukaru, ces larges escaliers verts accueillent la majeure partie des cultures de riz de Bali. Ici plus qu'ailleurs, il est de tous les repas, de toutes les fêtes. La culture du riz est un travail fastidieux qui nécessite une organisation complexe. D'abord, elle requiert une quantité d'eau colossale qui est parfaitement gérée par les paysans.

Paradis vert.. 

L'irrigation commence par la rizière la plus haute, puis grâce aux canalisations, l'eau s'écoule dans les terrasses en contrebas. La récolte se fait à différents moments de l'année en fonction de l'irrigation et de la distribution de l'eau suivant un savant protocole mis en place par des communautés de paysans : le subak. Son rôle ? Répartir équitablement et démocratiquement les quantités d'eau nécessaires pour conduire les cultures de riz à terme. Chaque riziculteur est membre d'un subak et lorsqu'il rencontre un problème ou un conflit lié à l'irrigation, il fait remonter la requête à sa communauté chargée de la gestion de sa rizière. Ce système unique à Bali est d'une grande efficacité puisque l'île est l'une des plus productives de l'archipel indonésien, grâce à ses deux récoltes par an. Ces paysages si importants pour la culture balinaise sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco .

Patrimoine mondial de l' UNESCO 

Aprés cette longue balade, nous remontons prendre le petit dejeuner, boucler nos valises et prendre congé de nos hotes d'un soir. nous prenons la direction de Amed.

29
oct

Pendant ce mois d'octobre , le temps nous a echappé comme jamais... Nous avons aimé Bali, chaque endroit visité restera gravé pour toujours ... Pour terminer ce voyage , on ne pouvait faire autrement que de revenir dans ce petit paradis découvert par hasard..... "Starway to heaven".

On quitte Jatiluwith en fin de matinée. La route promet d'etre longue puisque 120 km nous separe de Banyuning. Le pére Google nous annonce 4h00 de route, mais il nous faudra presque 6h pour arriver à destination. Au départ la route est tres sinueuse et le paysage nous offre encore quelques rizieres verdoyantes.

Puis la route s'élargit et la circulation devient plus dense, amenant son lot de camions surchargés ainsi qu'une horde de scooters debarquant de partout. Ce que je n'avais pas prévu: on passe tout prés de Denpasar ainsi que de deux grosses villes que sontTabanan et Celuk. Ça été un moment de folie, mais bon c'est desormais derniere nous.

On quitte, la grande route à Candidasa pour suivre la petite route cotiere en direction de Amed . On a perdu la circulation, mais retrouvé les virages. Nous mettrons encore deux heures avant de garer la voiture sur le parking de l'hotel.

Oui mais voila , la douche n'est pas pour maintenant, puisque nous ne sommes pas tout fait descendu de la voiture que l'on nous signifie qu'ils se sont trompés dans les réservations et que nous devons passer notre premiere nuit dans l'hotel un peu plus bas . C'est beaucoup plus cher , mais l´erreur est à leur charge. On apprendra un peu plus tard qu'en fait , c'est le même proprietaire.... enfin ne crions pas , c'etait tres bien

Court séjour au Kawi Karma 

le lendemain midi , nous effectuons notre transfert au Starway to Heaven. Nous allons enfin pouvoir terminer nos vacances comme on le souhaitait: Bercés par les vagues , une fabuleuse vue sur la mer avec Nusa Penida en toile de fond , une eau bleue cristalline à 31° et pour couronner le tout , un merveilleux site de snorkelling en bas du bungalow . LE PIED! quatre jours a se laisser dorloter par le soleil et la mer ....

Notre future  maison de retraite? 

A part du travail, à quoi peut on rever de mieux?

🐠c'est si beau ... a regarder en boucle😎
3
nov
Souvenirs.. 

Peut être vous souvenez vous de ces photos .... Elles font partie des nos premières photos prises à Bali ...car nous venons de boucler la boucle et sommes revenus à Sanur , notre point de départ pour toutes ces aventures Balinaises. Nous sommes descendus dans le même Hotel et avons été accueillis à bras ouverts.. De la part de balinais, rien d'étonnant.....

Nous avons atteint notre objectif: parcourir l'île des dieux pendant un mois . Trente jours à découvrir des paysages magiques et surtout des gens merveilleux. L'heure du bilan a sonné . Hier au soir avec Brigitte, en dégustant un dernier Arak Attack, on se demandait ce que nous aurions pu aborder différemment, ce que nous regrettons de ne pas avoir vu. Bien sûr on peut certainement mieux faire , mais nous n'avons trouvé que quelques regrets, tout nous a convenu .. Il faut dire qu' Elodie et Loïc nous avaient tellement décrit cette ile si belle et si mystérieuse qu'il devenait difficile de passer à côté de tant de beautés.

Voila l'heure est venu de refermer ce carnet de route que nous avons partagé quasi quotidiennement avec vous . C'est presque un travail à plein temps , mais nous tenions tant à vous faire part de nos impressions sur cette Ile magnifique . Nous en profitons pour vous remercier de votre soutien à travers vos commentaires... Ils nous ont donnés la force de tenir à jour " Balade à Bali "

"Yesterday is history, tomorrow is a mystery, today is God's gift, that's why we call it the present."  

Pour terminer ..... Nous allons lancer une petite souscription pour essayer de couvrir nos frais balinais 😜😜☺️☺️😍❤️ A votre bon cœur ..