La Loire au Fil de l'Ô...

Dernière étape postée il y a 25 jours
8 étapes
9 commentaires
9 abonnés
Balzac a décrit la Loire comme ayant "le plus joli ciel du monde au-dessus de nos têtes" et elle est en effet ponctuée de paysages remarquables. Nous allons la découvrir pendant quelques jours à vélo
Du 13 au 18 mai 2024
6 jours
Partager ce carnet de voyage

Chaque année, le mois de mai offre l’opportunité parfaite pour une escapade sur les pistes cyclables et les sentiers. Que notre vélo soit électrique ou musculaire, peu importe l’essentiel est de profiter du voyage. L’assistance électrique est là pour alléger l’effort, sans pour autant gâcher le plaisir de découvrir de nouveaux horizons tout en respirant l’air frais. Cette année, notre périple nous emmènera le long de la majestueuse Loire. Nous prévoyons de faire le parcours entre Angers et Saumur, en empruntant la rive gauche à l’aller et la rive droite au retour. Êtes-vous prêt pour cette aventure ? Alors en selle !

Publié le 14 mai 2024

Notre parcours

La Loire au fil de l’Ô : 4 étapes / 262 km 

Nous arriverons le 13 mai à Montjean-sur-Loire, puis au fil des jours, nous terminerons nos étapes à Juigné-sur-Loire, Montsoreau, Gohier, et reviendrons à Montjean-sur-Loire le vendredi soir 17 mai. Espérons que le beau temps suivra également ce parcours.

13
mai

17:30, nous avons posé nos sacoches dans la charmante petite maison de pêcheurs située tout près de la Loire. Pas de surprise , la météo nous avait prévenue, il pleut. Nous parlerons plutôt d’un crachin Angevin et seules les cagouilles sont à la fête et elles sont nombreuses …


Chez M. 


A signaler l’extrême gentillesse et discrétion du propriétaire qui après nous avoir fait visiter les lieux, nous annonce avoir bloqué le logement toute la semaine ainsi, nous pourrons laisser sur place le superflu pour notre balade vélo. Plutôt sympa …

Petite visite de la ville de Montjean accompagné de mon parapluie . Nous découvrons des petites ruelles fleuries et un très joli panorama de la Loire. Malgré le temps pluvieux, nous sommes rapidement envoûtés…. Qu’il doit être agréable de passer ici quelques jours de repos.

Les prévisions météo alimentent les discussions de la soirée …. Qu’allons nous trouver demain matin …comment s’habiller… etc… Dernier bulletin avant d’aller se coucher , il ne fera peut être pas si mauvais. Enfin ce qu’il a de sûr , c’est que notre future étape nous mènera vers les coteaux du Layon … et que dans coteaux, il y a côtes … Oui, mais nous, nous avons l’assistance électrique 🤪

14
mai
14
mai

C’est aujourd’hui notre grand départ pour de nouvelles découvertes. Il est 8h00 lorsque sortons du lit et chacun notre tour, nous nous dirigeons vers la fenêtre pour connaître la tendance météo …. Alors bonne nouvelle, il ne pleut pas et soyons optimiste , le ciel tire plutôt sur le bleu avec tout de même quelques gros nuages gris . Petit déjeuner pris , chacun s’affaire à rassembler ses affaires et à fermer ses sacoches. L’heure du départ approche (10h00), nos montures sont alignées dans la cour. Un dernier coup d’œil à l’itinéraire et nous voilà alignés pour la traditionnelle photo de groupe .

Tel les 4 mousquetaires, on a plutôt fière allure ? 

Les pistes et les petites routes se présentent à nous rapidement . Nous quittons Montjean par un petit pont métallique et nous franchissons la Loire pour nous retrouver sur un îlot de verdure . La Loire est très large et présente de nombreux bras .

Au revoir Montjean sur Loire …. 

Nous prenons la direction de Chalonnes sur Loire …la végétation est très verdoyante et l’eau est omniprésente. Bien vite, on se rend compte que la Loire se permet quelques fantaisies et les premiers panneaux « routes inondées » font très vite leur apparition.. il faut se rendre à l’évidence , notre itinéraire prévu va prendre quelques coups de canifs. Nous n’en sommes plus maître, il va falloir composer avec les caprices de la Loire.

Rejoindre Chalonnes est quelques fois problématique. On tente bien de forcer les passages, mais très souvent, nous devons faire demi tour et prendre des petites routes un peu plus éloignées du fleuve . Mais tout arrive et Chalonnes pointe maintenant le bout de son nez …

La célèbre guinguette  « Bondu » est prise en photo de nombreuses fois , malheureusement , ellle est aujourd’hui fermée.

Nous quittons cette jolie petite ville en empruntant une nouvelle fois une déviation, la piste officielle disparaissant sous les eaux à la sortie d’une courbe.

Un demi tour s’impose 

La suite devrait mieux se passer puisque nous prenons la direction des coteaux du Layon, mais il va falloir grimper.

Les vignes sont surprenantes puis qu’elle ne sont pas très hautes , vraiment  différentes de celles du cognaçais..

Pour le déjeuner, j’avais repéré un petit restaurant au nom prometteur à val du Layon . Notre pause repas à été plus qu’agréable et heureusement que nous sommes arrivés peu après midi car très vite la petite salle du restaurant s’est annoncée trop petite ..

Attention, les apparences sont trompeuses , car si la popote  était excellente, nous n’en sommes sommes pas sortis complètement po...

Nous reprenons notre balade et pour faire digérer , la piste s’élève à travers les vignes nous obligeant à changer de braquet au point de nous couper rapidement le souffle..

La région de thouarcé est vraiment agréable , le soleil étant toujours présent , nous enthousiasme 

L’agréable piste est magnifique , mais comporte , il est vrai, quelques nids de poule que des gens bien attentionnés ont décidé d’éradiquer.

Ça va être beau… 

oui, mais voilà , en attendant que l’engin libère le passage, c’est le moment qu’ont choisi les 17% de promesse de pluie pour libérer les gros nuages noirs de l’eau accumulée ces dernières heures. Catastrophe ! Le temps d’enfiler nos ponchos et vêtements de pluie que nous étions déjà trempés…. Ça n’a pas duré 10 mn mais suffisamment longtemps pour transformer le sable étendu précédemment en bouillasse qui nous met en un peu moins de temps dans un état indescriptible….

Heureusement le panorama sur les vignes nous remonte le moral  

Nous approchons de la fin de l’étape. Elle est plutôt attendue afin de pouvoir se décrotter et laver nos vélos méconnaissables.. il nous reste toutefois à aborder la magnifique ville de Brissac-Quincé. L’état ou nous sommes ne nous permet malheureusement pas de bénéficier des dégustations promises par les innombrables caves et caveaux bordant le bord des routes … Dommage !

Vivement la douche  

Fin de parcours dans le magnifique bourg des Garennes sur Loire .. la piste bordant les bords de Loire est juste splendide , mais pas d’arrêt photo , trop pressés de se décrotter ..

Notre demeure pour la nuit est plus qu’à notre goût et après avoir fait la lessive et nettoyer nos vélos , nous dégusterons quelques bons verres d’un délicieux nectar récolté dans les environs..

Belle soirée en perspective… 
15
mai
15
mai
Publié le 16 mai 2024

Préparatifs terminés pour 10h00 ce matin … nous pouvons procéder à notre traditionnelle petite photo de départ d’étape… tout le monde est là, Fabrice, notre hôte de la nuit va jouer au photographe pour l’occasion…

L’étape du jour devrait nous amener la plupart du temps sur les bords de la Loire et traverser de magnifiques petits villages tout au long de la journée, en espérant que les pistes cyclables serpentant au plus près du fleuve restent praticables. Dans le cas contraire, il faudra rechercher une nouvelle route tout en ne s’éloignant pas trop de notre objectif, car les kilomètres s’ajoutant on pourrait dans le pire des cas, manquer d`énergie batterie avant notre arrivée …

le ciel, ce matin était plutôt bleu, mais en avançant dans la matinée , de gros nuages menaçants se sont invités. Nous gardons l’espoir qu’ils ne deviennent pas trop actifs car le vent , 3/4 face, a décidé également de nous accompagner.. nous avons une bonne dizaine de kilomètres à faire avant de rejoindre les rives de la Loire et les petites routes escarpées nous obligent à quelques efforts supplémentaires.

A nous l’aventure…. 

Enfin , le bord de Loire arrive , nous allons pouvoir découvrir les jolis villages qui telles des sentinelles semblent protéger le fleuve. Notre premier arrêt sera pour l’abbaye de St Maur .

L’abbaye de St Maur1 

Cet arrêt est un occasion de vérifier si la mécanique tient le coup… Philippe sort quelques outils et vérifie que tout est conforme..

Nous voyant affairė autour du vélo, la solidarité cycliste fait arrêté un cycliste local pour voir si nous avions besoin d’aide . Nous le rassurons et rapidement sa gentillesse et sa disponibilité l’amène à nous donner quelques bons tuyaux pour la suite de notre journée. Une véritable encyclopédie accompagnée d’un débit de paroles époustouflant. Il nous en a tellement dit qu’on s’est vite retrouvé perdu et assommé par toutes ces informations. Qu’importe,à nous quatre, nous avons réussi à résumer tous ces bons tuyaux et nous l’en remercions…

Nous reprenons notre route en direction du thoureil où nous mettons en application le premier bon tuyau par la visite d’un atelier de sculpture…

Tout en discutant avec le sculpteur, il nous indique une bonne adresse pour déjeuner dans la petite ville de Gennes.

Restaurant les Dames Barrau.. 

Pendant le déjeuner , il est tombé une bonne averse qui nous a amené à nous féliciter d’être à l’abri .. nous reprenons notre chemin ou tout l’après midi nous découvrirons de très beaux endroits … les pistes sont malheureusement pour certaines inondées , il nous ai même arrivé de traverser des étendues d’eau où il arrivait que les pédales disparaissent sous l’eau …

Saumur est une ville charmante, mais nous ne ferons que passer. Nous ne pouvons pas raisonnablement nous arrêter très longtemps pour découvrir tous les trésors de cette région d’autant que la météo et une bonne averse vont nous obliger à nous vêtir de tout notre panoplie anti pluie et à rester quelques temps à l’abri sous les arbres ..

Le beau temps n’est pas au rendez-vous mais n’enlève rien à la beauté  de la région .

Malgré la pluie, nous poursuivons nos découvertes… tout ce que nous avons pu voir jusque là nous a enthousiasmé, mais en rejoignant Montsoreau , @s ce qui nous a été proposé nous a émerveillé…. Sur plusieurs kilomètres nous avons déambulé dans des ruelles magnifiques et des habitations troglodytes… nous avons vraiment été scotché par ce que nous avons vu ..

Nous n’avons pu résister d’entrer dans une grotte troglodyte où exposaient des artisans ..nous sommes en retard , même très en retard. Un petit coup de téléphone à notre hôte du soir nous rassure et nous permet de clôturer cette étape sereinement..

Nous arrivons à notre résidence d’un soir aux alentours de 19:00 … les terrasses de Chaumont est un endroit isolé , au milieu de nulle part . Notre hôte nous accueille chaleureusement… tout est réuni pour passer une bonne soirée et reprendre un peu de force.

Les terrasses de Chaumont… 
16
mai
16
mai
Publié le 17 mai 2024

Ce matin , pas de photo de groupe , on a tout simplement oublié…. Roselyne était catastrophée, il aurait presque fallu revenir aux terrasses de Chaumont, Seulement pour la photo …. Néanmoins, nous en avons quelques unes mais pas en groupe..

Sympa le minou  

Comme tous les matins, le soleil est avec nous . C’est plus tard dans la journée que cela se gâte… Et si aujourd’hui, il nous accompagnait toute la journée sur la rive droite du fleuve . Soyons optimistes et descendons la Loire dans le sens du courant .

C’est tout de suite mieux  avec un peu de soleil … Brigitte est tout sourire 

A priori , la rive droite est différente de ce que nous avons pu voir jusque là… nous sommes dans un grand jardin potager avec d’innombrables serres .. les habitations ne changent pas, elles sont là encore, toujours époustouflantes…

 Grande question du jour: Pourquoi ont ils laissés monter les asperges … 

Tout au loin, on aperçoit le château de Saumur. Plus on avance , plus il est splendide. Ne pensez surtout pas que la nostalgie de cette magnifique ville nous force à revenir sur la rive gauche …c’est pourtant ce que nous faisons, mais c’était prévu dans l’itinéraire . Nous refranchirons la Loire quelques kilomètres en aval.

Saumur est vraiment belle, nous tombons tous sous son charme et lorsque nous la laissons définitivement sur la rive gauche , nous voyons s’éloigner son château avec une pointe de regrets..

Si la journée s’annonçait bien jusque là, nos déboires commencent dès notre retour sur la rive droite. Tout d’abord, de gros nuages noirs font leur apparition chassant le soleil… on avait rencontré la veille des cyclistes qui nous avaient assurés que la rive droite n’était pas trop concernée par les inondations et donc nous nous sommes engagés sans méfiance sur les pistes en bord de fleuve . Mal nous en a pris, car si l’eau ne recouvrait pas la piste , le sol était beaucoup trop humide et la boue la rendait très glissante et collait aux vélos pire que de la glu . Il devenait impossible d’avancer et rapidement nous nous sommes retrouvés dans un piteux état.

Non , vous ne verrez pas de photos de cette débâcle, tout d’abord nous étions assez « veneres » et puis nous ne pensions pas à immortaliser de tels moments… nous devions aller déjeuner à Rosiers sur Loire au restaurant la villa des roses , mais dans l’état où nous étions , je doute qu’on aurait eu accès à la salle de restaurant…Au moment de reprendre notre périple par la route départementale, on s’aperçoit qu’à une petite centaine de mètres, une belle guinguette de bord de Loire nous tendait les bras … ils sont ouverts et veulent bien nous accepter … bien nous en a pris , on a passé un super moment très convivial.

Et cerise sur le gâteau, la patronne qui je pense pratique le vélo , nous propose d’utiliser, le tuyau d’eau dont ils se servent pour la vaisselle et décrotter nos vélos … Mille Mercis Madame, on vous doit une fière chandelle…

Tout en discutant, elle nous demande où nous nous rendons et nous déconseille de continuer par les pistes . Deux alternatives pour notre fin d’étape : on reste sur la rive droite mais on s’éloigne de la Loire , ou alors on passe rive gauche aux Rosiers sur Loire pour rejoindre Gennes , le thoureil et St Rémy de Varennes puis refranchir la Loire à Saint Mathurin… c’est une partie du parcours de la veille , mais qu’importe , on avait trouvé l’endroit plutôt sympa .

C’est quand même mieux  que les pistes boueuses… 

Pour rejoindre le pont nous permettant de rejoindre Saint Mathurin ( point final de notre étape) , on décide d’emprunter une piste qui nous paraissait bien sèche , mais au détour d’une courbe voici ce que nous avons trouvé…

Demi tour .. 

Bizarrement, personne n’a voulu essayer de forcer le passage d’autant plus que la pluie a choisi ce moment pour nous rappeler qu’elle veillait sur nous .

On a connu des moments plus sympa… 

Plus que quelques kilomètres pour rejoindre Saint Mathurin et prendre possession de notre douillet et beau logement d’une nuit …. Les vélos prennent une bonne douche à l’extérieur et nous aussi….mais à l’intérieur … c’est bien mérité!

Qui ne rêverait pas d’une douche bien chaude après une journée  comme celle ci
17
mai

Notre dernière étape pour refermer la boucle de la Loire au fil de l’Ô. Tout est maintenant bien maîtrisé. Du petit déjeuner jusqu’au moment de la traditionnelle photo du groupe avant le départ prévu chaque jour à 10:00 en passant par le point météo du jour. Et justement , ce matin encore, les prévisions météorologiques sont encore une fois bien mitigées. Le soleil sera présent une très grande partie de la matinée et l’après midi sera catastrophique avec des pluies soutenues la plupart du temps. C’est la règle du jeu, il faudra nous adapter ..

Tout allait donc pour le mieux , lorsque brigitte , au moment de partir, s’aperçoit que sa batterie ne s’allume pas … je l’ai pourtant rechargée cette nuit . En trifouillant les boutons plusieurs fois, on arrive enfin à la rallumer puis elle s’éteint à nouveau et cette fois définitivement.. on soupçonne un problème d’eau ou d’humidité, mais rien n’y fait et il faut se rendre à l’évidence, la journée va être perturbée par ce problème . Plusieurs choix s’offrent à nous . Brigitte reste sur place Pendant que je vais chercher la voiture à Montjean sur Loire ou alors rentrer sans assitance en se relayant toute la journee… la deuxième solution est adoptée, on se partage alors ses bagages afin d’alléger au maximum le vélo , car faire plusieurs dizaine de kilomètres sans assistance avec un vélo électrique relève de l’exploit .. Roselyne et Brigitte se relaieront donc tout les 5 kilomètres. Et pour garder le moral, c’est aujourd’hui l’étape la plus longue (72 km). J’essaie donc de bricoler l’itinéraire pour le raccourcir au maximum. Je réussis à supprimer une vingtaine de kilomètres … Mais le nouvel itinéraire est partagé souvent avec les voitures et sera agrémenté par de nombreuses cotes en fin de parcours …. Pas trop le moment de faire la fine bouche. On part avec presque une heure de retard, mais on part avec le sourire ..

Ça n’enlève rien au charme de la région … on Profite!  

Tout les cinq kilomètres, Brigitte et Roselyne échangent donc de vélo… et on en profite pour faire une petite pause réparatrice, enfin surtout pour les filles. Le beau temps tient encore mais de gros nuages noirs font maintenant partie du décor … la suite de l’étape risque d’être moins sympathique .

Il est clair maintenant que nous n’atteindrons pas suffisamment tôt le restaurant ou nous avions prévu de déjeuner ou alors juste pour faire collation… En passant à Bouchemaine, on repère une jolie brasserie juste après le pont qui enjambe la Maine … c’est le moment que le ciel choisit pour nous envoyer quelque gouttes d’eau . Cela suffit pour nous convaincre, nous déjeunerons à la brasserie du Maine .

Un petit Chenin blanc local pour nous faire oublier nos petits problèmes  

La pluie tombe maintenant si fort que nous resterions bien plus longtemps. Une petite accalmie nous convainc de quitter les lieux . On récupère nos montures en prenant soin d’endosser une nouvelle fois nos tenues de pluie.

Nous reprenons notre route avec le même planning de la matinée, tout les 5 km on échange de velo. Seulement, comme ce matin c’était trop simple, on a ajouté une pluie soutenue agrémentée de quelques côtes pas piquées des hannetons surtout pour les utilisatrices du vélo sans assistance …quel dommage le coin est pourtant bien sympa , mais n’avons pas trop le cœur à prendre des photos ..

Nous arrivons à Savennières et repérons un réparateur de vélo bien sympa qui ne fait aucune difficulté pour jeter un coup d’œil au vélo de Brigitte… malgré ses bonnes dispositions, rien n’y fera …il faut se rendre à l’évidence les filles continueront sans assistance .

Rassurez  vous, on est pas en Espagne…Pour le « Y màs » , on ne sait pas … notre interlocuteur parlait pourtant bien Français 

Nous quittons Savennieres une nouvelle fois sous la pluie .. il reste encore 13 km à faire ..

On roule maintenant en file indienne car par moment, la circulation est dense. Il n’est malheureusement pas rare d’être frôlés par des voitures qui sans ralentir nous arrosent allègrement au passage …. Nous restons calmes et déterminés en ne pensant qu’à une bonne douche bien chaude avant de prendre l’apéro 🤪

Les vélos sont maintenant remisés,  le soleil est revenu, le ciel est bleu…

Ironie du sort: le lendemain matin, la batterie s’est allumé normalement….😤😤

Publié le 19 mai 2024

Certes, nous aurions tous préféré un soleil éclatant et des pistes cyclables le long de la Loire non inondées. Cependant, croyez bien que cette semaine à vélo a été un véritable plaisir pour chacun d'entre nous. Les rives de la Loire sont d'une beauté saisissante, les petits villages fleuris sont à couper le souffle, et la gentillesse des habitants est mémorable. En somme, nous avons été conquis, jamais nous n'avons maudit les caprices de la météo. Un souvenir restera gravé dans nos mémoires : l'abondance de rosiers aux magnifiques roses... un spectacle que Pierre de Ronsard avait déjà célébré avant nous.

Mignonne, allons voir si la rose, Qui ce matin avait déclose, Sa robe de pourpre au soleil,N'a point perdu cette vesprée….